Elles ont choisi de faire un stage engagé pour leur <vendredi>avenir</vendredi> et celui des jeunes…

Sarah et Samya étaient étudiantes en écoles de commerce lorsqu’elles ont décidé de faire un stage partagé. L’une chez 2Spark, l’autre chez Air Liquide, elles ont toutes les deux eu l’opportunité de mettre leurs talents, un jour par semaine, au service de Passeport Avenir, l’association qui favorise la réussite scolaire et professionnelle de jeunes de milieux populaires.

Et quand on les entend raconter leur expérience, un élan d’optimisme nous envahit !

1-N8-y19KFKafO9niThXSikg

Quel était votre parcours avant votre expérience Vendredi ?

Sarah : Au début de mes études, j’ai commencé à la fac de lettres, à La Sorbonne. Pour moi, les études supérieures, c’était assez opaque. J’étais à fond dans la littérature, mais j’avais peu de visibilité et de compréhension sur ce qui existait ailleurs. Mais j’ai toujours voulu m’engager et j’avais fait deux ans de bénévolat, j’étais donc déjà dans la dynamique associative.

J’ai décidé de faire un service civique chez Unis-Cités, au sein du programme « Rêve & Réalise », dans lequel les jeunes créent eux-mêmes leurs projets. J’ai eu la chance, dans ce cadre, de réaliser un film sur la situation des Roms. Après mon service civique, j’ai eu l’opportunité d’intégrer l’Institut de l’Engagement. Cela m’a beaucoup aidé à connaître les structures et les programmes qui existaient, et à trouver un cursus qui me correspondait vraiment. J’ai alors intégré Télécom École de Management. Je devais faire un stage et j’avais envie de continuer dans cette dynamique.

Samya : Avant mon stage partagé, j’avais un cursus en école de commerce, à l’EDHEC. J’étais à l’époque dans une association de solidarité internationale, et ça m’avait énormément plu. À partir de ce moment-là, j’avais en tête de travailler en association, mais je n’en avais pas eu l’opportunité.

Et alors, entre quelles entités avez-vous travaillé au cours de votre stage Vendredi ?

Sarah : J’étais entre 2Spark et Passeport Avenir. 2Spark est une jeune entreprise, mais on ne peut plus vraiment parler de startup maintenant. Nous étions une vingtaine. Nous travaillions sur la transformation des grands groupes. L’idée étant d’accompagner ces mutations et d’impliquer les collaborateurs.

Samya : J’ai d’abord été prise en stage chez Air Liquide pour un stage de six mois. Puis avec l’équipe de Vendredi (à l’époque, Stagiaires sans Frontières), nous avons identifié l’association qui me correspondrait le plus : Passeport Avenir.

Quel était votre rôle au sein de vos entreprises respectives ?

Sarah : Chez 2Spark, j’étais chef de projet en phase commerciale. J’accompagnais le déploiement de solutions digitales dans les grands groupes. Il fallait réfléchir à la façon d’accompagner l’installation de l’outil. Je travaillais sur des projets transverses dont j’assurais tout le suivi, j’avais donc beaucoup de latitude pour proposer de nouvelles choses.

Samya : Chez Air Liquide, j’étais sur une mission de conduite du changement, basée sur la communication et les nouvelles technologies. Je travaillais à l’animation d’un réseau qui visait à insuffler un nouvel état d’esprit au sein de l’entreprise.

Vous étiez en fait sur des postes assez proches en entreprise ! Et vous vous êtes retrouvées dans la même association : Passeport Avenir, qui agit en faveur de l’égalité des chances. Qu’y faisiez-vous ?

Sarah : Je m’occupais du programme Étincelle qui avait pour but de connecter les jeunes issus des quartiers défavorisés à l’écosystème de l’innovation. et à l’état d’esprit qu’il implique.
Le programme Étincelle a été initié de manière indépendante de Passeport Avenir, il a son identité propre afin de toucher des étudiants au profil différent de ceux du programme classique.

Samya : J’étais dans le pôle du développement international. Je me suis surtout occupé du partenariat avec une association en Tunisie, qui faisait la même chose que Passeport Avenir sur place. On les aidait à implanter le programme. J’ai dressé le périmètre du projet et participé à sa gestion.

Quelles étaient les grandes différences entre votre quotidien en entreprise, et celui en asso ?

Sarah : Chez Étincelle, la journée était très différente de celle chez 2Spark. Déjà, j’arrivais un peu moins tôt et je retrouvais Marine et Damien qui me racontaient leurs avancées de la semaine pour embrayer sur ma mission de la journée. Aucune journée en asso ne se ressemblait, et nous étions assez mobiles en termes de lieux de travail. Comme nous étions trois, il y avait beaucoup de flexibilité.

Samya : Sincèrement, je m’attendais à ce qu’il y ait des différences, mais pas tant que ça ! L’environnement change entre un grand groupe et une petite structure, certes. Mais pour moi, dans le travail, il n’y avait pas de différences, à part en termes d’outils et de rapidité de prise de décision.

Malgré ces différences, quelle complémentarité y voyez-vous ?

Sarah : Au-delà du stage partagé, les liens qui peuvent exister entre les deux entités sont fantastiques. On commence aujourd’hui à réfléchir à un projet commun entre Étincelle et 2Spark ! Je ne pensais pas que ce serait possible après seulement trois mois de stage. Mais on a une idée et je suis en train de préparer 2Spark. J’y reste en CDD quelques mois cet été tout en réfléchissant au projet avec Passeport Avenir.

Samya : Ma manager chez Air Liquide était complètement convaincue par le concept Vendredi, ce qui a aidé pour instaurer des liens. Je m’inspirais de ce qui se passait dans une structure pour le transposer dans l’autre. Par exemple, j’encourageais Passeport Avenir à utiliser les outils de travail collaboratif que nous avions en entreprise. Et je m’inspirais de la gestion de projets en association pour l’implanter chez Air Liquide.

Génial ! Et alors, qu’est-ce que vous en retirez, à titre personnel ?

Sarah : Les deux premiers mois, il a fallut s’adapter au rythme. Il faut identifier ce que font les deux entités, et il y a énormément d’informations. On a envie de bien faire mais on n’a pas toujours toutes les réponses, donc ça peut parfois être un peu éprouvant. Mais rapidement, j’ai pris conscience de tout ce que j’apprenais à travers cette expérience et maintenant, je m’éclate ! C’est vraiment très riche de rencontrer toutes ces personnes et de voir la concrétisation de ses projets en temps réel.

Samya : Sur le moment, j’étais très contente, je sentais que mes deux missions avaient un réel impact positif. C’est une question de satisfaction — on sent que cela sert à quelque chose d’autre qu’à soi, et à autre chose qu’à gagner de l’argent. Cela m’a aussi beaucoup appris à m’organiser. Il y a forcément des moments de stress et il faut savoir jongler entre les « métiers », mais une fois lancée, c’est un réel plaisir de pouvoir travailler sur deux missions !

Aujourd’hui, Sarah a fini son stage partagé mais continue chez 2Spark en CDD tout en développant le projet commun avec Passeport Avenir. Quant à Samya, elle est désormais consultante junior en accompagnement du changement chez Klee Group.

Toutes deux sont sorties grandies, et se disent ravies de leur expérience Vendredi !


Toi aussi, tente l'expérience pour ton prochain stage, trouve l'offre qui te correspond directement sur www.vendredi.cc