La jeunesse a une vraie envie de s’engager pour la société

Rencontre avec Ludivine, manager enthousiaste et responsable du déploiement national de l’Institut Télémaque, association qui lutte pour l’égalité des chances. Elle a commencé il y a quatre ans en tant que chargée des parrainages, et est aujourd’hui manager de deux stagiaires Vendredi : Marie et Thomas.

1-7b6zmW6IJdpQmu5jiAyh8A

Qu’est ce que l’Institut Télémaque ? Quelle est sa vocation ?

L’Institut Télémaque est une association qui a été créée il y a plus d’une dizaine d’années maintenant. Son but est de relancer l’ascenseur social en France, par l’éducation. Nous luttons contre le déterminisme social en permettant à des jeunes de milieux difficiles d’avoir une scolarité sereine, du collège au lycée. Nous les épaulons afin qu’ils soient à la hauteur de leur potentiel et se réalisent pleinement. Ils sont accompagnés de la 5ème au baccalauréat, pour qu’ils puissent grandir et faire des études supérieures.

Concrètement, comment ça se passe ?

Le jeune est un « filleul ». Il a l’opportunité d’avoir un tuteur en entreprise, qui le suit de la 5ème à la Terminale, mais également un référent pédagogique au sein de l’Education Nationale. Ce peut être un professeur, un CPE au sein de l’établissement scolaire du jeune, qui l’a repéré comme « profil Télémaque » et va également l’accompagner dans son parcours, au-delà de ses heures de cours.

La finalité du projet de l’Institut Télémaque, c’est que tout le monde puisse s’en emparer, et que la dynamique de relance de l’ascenseur social soit réelle et généralisée.

As-tu été tutrice de ton côté ?

J’ai été tutrice d’une jeune fille et je suis très fière de son parcours. Elle était scolarisée près d’Evry, était très adaptable et avait des parents généreux qui la poussaient à réussir. Il ne manquait plus que le petit plus qui a fait qu’elle a pu aller plus loin !

Quel est ton rôle aujourd’hui au sein de l’association ?

Je suis responsable du déploiement national. J’ai commencé à l’Institut Télémaque en tant que chargée des parrainages. J’ai accompagné des jeunes sur le terrain j’ai collaboré avec l’Éducation Nationale.

Depuis plus d’un an maintenant, je suis sur la partie développement, et en particulier sur le déploiement du projet au niveau national. J’ai ouvert l’antenne de Toulouse en septembre dernier. Nous n’en sommes qu’au début, mais cela avance vite et le développement en région se passe bien !

Quelle est ton histoire d’engagement ? Comment en es-tu arrivée là ?

Jeune fille, je détestais l’injustice et les inégalités et je me suis dit que tout le monde pouvait bouger les choses. A l’âge de 18 ans, je pensais que la politique était la solution pour changer le monde. J’ai eu des expériences en politique, pas très concluantes. Ce n’était pas un domaine qui me correspondait. En tout cas, je me sentais limitée. J’ai donc tourné mon regard vers le milieu associatif pour être avec des gens engagés. En 2013, j’ai rejoins l’aventure des Télémaques !

Tu parlais d’engagement, qu’est-ce que Vendredi pour toi ?

Vendredi, je l’ai connu par le biais de l’Institut Télémaque.
C’est une très belle opportunité de pouvoir accueillir au sein de l’équipe des stagiaires, des jeunes — même si on est assez jeunes dans l’équipe Télémaque ! — qui sont motivés.

J’ai une belle expérience avec Thomas et Marie qui sont très professionnels. Toute l’équipe est un peu la tête dans le guidon, le quotidien n’est pas pas toujours facile mais le fait d’accueillir des personnes d’ailleurs nous permet aussi de nous poser les bonnes questions. Cela permet à l’Institut de se développer encore plus.

Nous avons besoin de compétences et de temps sur la réalisation de diagnostics territoriaux pour notre expansion en région. Thomas et Marie le font à la perfection. Ils ont fait un travail extraordinaire, et ce sont deux très belles personnes.

Humainement, j’ai fait de superbes rencontres. C’est la même chose avec Corentin et Fenitra. J’espère que l’on gardera cet enrichissement mutuel.

Justement, qu’est-ce que tu penses du format partagé, en termes de compétences, d’enrichissement humain ?

Thomas et Marie viennent de Mazars, d’un univers marqué, avec un rythme de travail très très soutenu.

Ici, ils sont entrés dans un monde totalement différent. Certes, ils avaient fait partie d’associations étudiantes mais s’engager dans une association nationale assez importante leur apporte aussi une vision sur la façon de manager, d’organiser une association, et une petite équipe. Ils ont aussi un regard à apporter sur le projet et ont donné des solutions sur certains sujets d’organisation.

L’enrichissement mutuel s’est donc fait de deux manières : sur les plans professionnel et personnel.

Et toi, en tant que manager, est-ce que tu aurais des conseils à donner à d’autres managers, et aux prochains stagiaires, pour que l’expérience Vendredi soit la plus enrichissante possible ?

J’évite de mettre la pression, et de me mettre la pression surtout. Je pense qu’il faut apprendre à se connaître, s’adapter aux rythmes de chacun, comprendre les personnalités.

Chez Télémaque, je voulais qu’ils soient heureux de venir et de partager avec nous. Il faut vraiment faire confiance à ces jeunes, qui ont énormément de choses à nous apporter, tout en cadrant l’expérience un minimum. Ils peuvent ainsi être autonomes et professionnels.
Mon conseil avant tout : être disponible, ne pas se mettre trop de pression, être dans la simplicité. Et savoir transmettre les valeurs de l’association.

Ta réaction quand tu as découvert le concept Vendredi ?

Génial ! La jeunesse a une vraie envie de s’engager pour la société. Et les stages Vendredi sont une très bonne réponse à cela.

Qu’est-ce que tu en penses maintenant ?

On continue avec les stages Vendredi ! Sans hésiter. On peut beaucoup s’apporter !

1-FxDB8coM1axAv471d5_p6g


Pour en savoir plus sur L’Institut Télémaque, c’est par ici.
Démarrez dès aujourd’hui votre www.vendredi.cc.
De nouvelles offres de stages en entreprises et missions en associations chaque semaine.